résidence slow fonts

Leipzig, juillet 2021




Bureau Muséal et Studio Ganek invitent Slow Fonts en résidence à Gegenüber Leipzig.

Slow Fonts est une fonderie typographique en ligne qui propose une sélection de polices de caractères dessinées par Fabien Coupas et illustrées par Jérémy Barrault.

Fabien Coupas dessine les typographies: dans son processus de travail, il tourne autour de la forme et des contrastes de chaque glyphe pour trouver ce qui formera un tout, la police de caractères distribuée par Slow Fonts. Il invite ensuite Jérémy Barrault à expérimenter et à s’emparer de ses typographies par la création de courtes histoires illustrées. Chacune des familles de caractères est introduite par le dessin de l’illustrateur et du typographe, dans un dialogue entre les lignes, les pleins et les vides.

Durant cette résidence d’un mois les deux artistes travailleront sur la mise en forme du texte manifeste de L’âne et la ligne droite, projet initié par Bureau Muséal.

Ils travailleront également sur le dessin d'un nouveau système d’écriture, augmenté par la notation musicale.
L’écriture et la notation musicale sont deux systèmes qui partagent un vocabulaire ainsi qu’un répertoire formel (lettres de l’alphabet, ponctuations, accents, et signes de notation musicale). La lettre « G » est ainsi à l’origine de la clef de sol, la lettre a évolué pour devenir cette forme en arabesque bien identifiée.

Le musicien et le graphiste composent, l’un la musique, l’autre le texte. Les symboles de liaison, pause, soupir, d’intensité et les ligatures sont tout autant de signes qui permettent d’accentuer et de rythmer une phrase. Ce projet entend faire ressortir la musicalité du texte, chercher à l’augmenter, révéler son expressivité, sa dynamique, sa personnalité par l’inclusion de "glyphes musicaux".

Ce projet de recherche qui consiste à dessiner les contours d’un caractère typographique hybride et musical prendra forme dans la ville de Leipzig. L’industrie de l’édition s’est concentrée dans cette ville, berceau de nombreuses grandes maisons d’éditions. De nombreux compositeurs de musique classique sont originaires de Leipzig et une grande partie des archives musicales allemandes y sont également conservées.

Les deux artistes ont le souhait d’inviter un·e auteur·rice à écrire un texte spécifique afin d’expérimenter ce nouvel outil typographique ; le duo étudiera comment mettre en scène et en page l’ensemble (installation, édition, affiche…).

Ce projet est soutenu par l’OFAJ.